» Quatre jours après, la mort du jeune Nahel tué par un policier à Nanterre continue de susciter une grande émotion et une forte colère. Je les partage pleinement. Dans ce contexte, des biens sont pris pour cible, des commerces vandalisés. Saint-Nazaire a été cette nuit pour la première fois le théâtre de telles dégradations. »

" Partisan d'aucune stratégie de violence, je déplore ces faits qui ne sont pas acceptables.

Ils ne doivent pas pour autant effacer la légitime exigence de justice, de dignité et d’égalité qui s’exprime depuis la mort de Nahel.

La situation exige une réponse politique d’ampleur, un plan d’urgence et de justice : justice pour Nahel, justice pour tous les habitants des quartiers populaires.

Le « retour au calme » ne peut signifier le « retour à la normale », à l’avant Nahel, alors que c’est la situation normale qui est insupportable du fait du racisme et des discriminations, des violences policières, de la ségrégation sociale et territoriale, des difficultés d’accès à l’emploi, de la pauvreté, de l’absence de services publics notamment.

 C’est la responsabilité du président de la République et du gouvernement de proposer au pays une sortie de crise et non une escalade qui enferme le pays dans une impasse.

Le pouvoir macroniste doit arrêter de se défausser de sa responsabilité en pointant par exemple les jeux vidéo de façon ridicule. Par la même, il renonce à chercher une sortie de crise et il abandonne les habitants à une inquiétude que nous partageons face à des dégradations de biens publics, de logements ou de commerces indispensables à la vie quotidienne.

Faisant suite à des décennies de relégation sociale et à des alertes ignorées, les promesses trahies d’Emmanuel Macron en 2017 sur « la fin de l’assignation à résidence » pour les quartiers populaire comme l’enterrement du rapport Borloo lors du précédent quinquennat ont été par exemple des fautes lourdes dont le pays paie le prix aujourd’hui.

Qui veut apaiser doit admettre que cela passe par un plan d’urgence « justice partout » comme le propose la France insoumise avec notamment :

·       L’abrogation immédiate des dispositions de la loi Cazeneuve de 2017, responsable de l’explosion des décès suite à des refus d’obtempérer.

·       La création d’une commission « Vérité et Justice » sur les violences policières ayant entrainé la mort ou la mutilation de citoyens pour en établir toutes les responsabilités.

·       Le dépaysement immédiat de toute affaire de violences policières.

·       Une réforme en profondeur de la police nationale et la réforme complète de l’IGPN par la création d’un service d’enquête indépendant.

·       La prise en charge par l’Etat des réparations des commerces, des logements et des lieux publics dégradés ces derniers jours.

·       Un programme d’action global contre les discriminations incluant notamment la création d’un Commissariat à l’égalité, de pôles spécialisés au sein des cours d’appel et la mise en place du récépissé de contrôle d’identité pour lutter contre le contrôle au faciès.

·       Un plan d’investissement public et d’égalité des territoires pour le rétablissement des services publics, le logement, l’école publique, l’accès à la santé et à la culture, le financement des associations et des centres sociaux pour toutes et tous."


 

Matthias TAVEL

Député de Loire-Atlantique

Laisser un commentaire

Commentaires

Réseau média web

Liens utiles

Twitter